Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  
 Prénom  gaud-et-julien  Nom  chez les kangourous
 Age  30  Minimessages  Envoyer un message
 But du voyage  WH Visa  Durée du séjour  1 an ou plus
 Date de départ  04/04/2007   Note: 4,3/5 - 30 vote(s).
 Description : Passer l'annee de nos 30 ans a l'autre bout du monde...

[ Diaporama ]

[ Diaporama Flash ]

[ Vidéos ]

[ Suivre ce carnet ]

[ Derniers commentaires ]

[ Le trajet de gaud-et-julien ]

[ Mes liens favoris ]

 Localisation : Australie
 Date du message : 28/05/2007
 Diaporama des photos de ce message
Page précédente Page suivante Retour liste messages Imprimer
 Départ de Bellingen et arrivée à Port Macquarie

Le petit-déjeuner englouti, nous profitons des quelques heures que nous avons devant nous pour nous promener dans la campagne de Bellingen.

Nous traversons le pont afin de rejoindre l'île aux roussettes afin que je puisse voir de mes yeux ces grosses chauve-souris. Dès l'entrée du chemin qui mène dans la forêt où les roussettes ont élu domicile, nous sentons une odeur âcre, très forte qui ne nous invite pas vraiment à la balade. Malgré l'odeur et les cris des ces bêtes qui nous regardent « à l'envers », nous nous engageons sur le chemin et c'est l'étonnement. Il y a des milliers de roussettes, partout, dans tous les arbres, sur chaque branche.

Ces chauves-souris sont d'une taille bien plus grande que celles que nous trouvons en France et ont la particularité d'avoir la tête rousse (d'où leur nom!).

Apparamment, une bonne partie d'entre elles sont déjà reparties afin d'accomplir leur migration et sur les 35 000 qui étaient là il y a quelques semaines encore, il n'en reste « presque pas » selon les locaux ! Visiblement, elles ont migré en très grand nombre cette année au point de doubler leur population par rapport aux années précédentes. Ce qui, évidemment, n'est pas sans conséquence. Les maisons environnantes en ont souffert un maximum, notamment au niveau du bruit.

Notre présence dans la forêt devant les déranger, nous revenons sur nos pas après une bonne heure d'observation: nous avons tenté à plusieurs reprises de les prendre en photo lors de leur envol mais le résultat n'est pas très brillant. Elles vont trop vite pour que nos appareils photos aient le temps de réagir.

Nous poursuivons la balade le long de la rivière Bellingen. En été, c'est un des points névralgiques de la ville car tout le monde vient se rafraîchir dans les eaux claires et propres de la rivière. Bien qu'il y ait du soleil aujourd'hui il ne fait pourtant pas suffisamment chaud pour que nous y piquions une petite tête. En revanche, le temps et la nature nous invite à paresser dans l'herbe.

Afin de nous assurer que nous n'avons rien râté du centre-ville, nous retraversons ensuite les quelques rues qui le composent avant de rejoindre la navette.

Après 4h de bus, nous arrivons à la station de bus de Port Macquarie où Michelle, la tenancière de l'auberge de jeunesse, nous attend afin de nous conduire dans notre nouvelle résidence. Michelle est un petit bout de femme de 40 ans avec une énergie à la fois juvénile et hippie. A peine étions-nous arrivés à destination que nous nous sentions déjà comme chez nous.

L'auberge de jeunesse est une petite maison en bois colorée, très conviviale et où le nombre de lits restreint (30 lits) créé une atmosphère chaleureuse. Nous nous installons dans un dortoir de 4 personnes où Christian, un rennais d'une trentaine d'années, est déjà là. « Ha, si vous êtes tous français alors on dit qu'ici c'est le French domitory! » nous dit Michelle.

Même si la nuit est déjà tombée, il n'est que 17h30, nous décidons alors de partir faire un repérage nocturne de la ville. Le YHA est finalement proche du centre et nous ferons un tour complet de celui-ci en un rien de temps. Cette balade se terminera dans un restaurant thaïlandais où nous nous délecterons pour quelques dollars.

De retour à l'auberge de jeunesse, nous faisons la connaissance des résidents.

Mano, un hollandais de 29 ans professeur de snowboard qui adore cuisiner. Nous allons donc bien nous entendre durant ces deux jours! Il a voyagé dans de nombreux pays, dont la France, qui l'a beaucoup déçue. Il a adoré les grandes pistes de ski que nous avons mais n'a jamais compris pourquoi on y mangeait si mal et pour des sommes astronomiques!! Visiblement, dans les guides destinés aux étrangers, les bonnes adresses de bouffe ne sont pas monnaie courante. Il nous a raconté avoir dépensé des sommes incroyables pour...du rien!

Nous rencontrons également David qui, à l'accent et à la dégaine, ne pouvait être qu'espagnol. Je l'ai, visiblement, sidéré en lui demandant s'il venait de Valencia car, effectiment, il est bien originaire de Valence. Nous nous sommes bien marrés tous les deux. Nous étions contents, l'un comme l'autre, de parler en espagnol. Il est arrivé depuis une semaine en Australie et va rester 3 mois avant de retourner à Valence. Mais il n'exclut pas du tout l'idée de revenir. Il aurait bien aimé demander le même visa que le nôtre mais il a un souci de taille: son âge. Il est en effet trop vieux, 34 ans, pour pouvoir en faire la demande (c'est jusqu'à 30 ans non révolus).

Nous avons également fait la connaissance d'une jeune chinoise qui maîtrisait l'anglais avec une aisance déconcertante. Elle est arrivée en Australie il y a 4 ans et elle n'en ai jamais repartie. Elle sillonne le pays en voiture, toute seule et s'arrête au gré de ses envies. Elle est originaire d'une grosse ville (35 millions d'habitants) située à quelques centaines de kilomètres de Shangaï. Mano, qui ne connait pas la Chine, lui a demandé si elle venait de telle ville, et elle s'est mise à vaciller « c'est la première fois que je rencontre un occidental qui non seulement connait ma ville mais en plus en prononce le nom impeccablement! ». Mano nous avouera peu après que la boîte pour laquelle il travaillait avait une filiale là-bas...  « j'ai eu de la chance! » nous dira-t-il!

Un peu plus tard nous avons rencontré deux italiens d'une trentaine d'années. Ils voyageaient tous les deux en voiture pour une période indéterminée. En fin de soirée, ils ont sorti la guitare et nous ont chanté « les copains d'abord » en italien. C'était une grande première pour Julien comme pour moi. Et ça rend pas trop mal!

Nous avons rejoint notre chambre vers minuit et avons découvert que le 4ème lit était occupé: notre amie chinoise avait intégré le French domitory.

« C'est cool, bonne soirée, bonne ambiance, personnes sympas, Port Macquarie s'annonce être une étape bien sympa ».



Etapes :
Bellingen
Note: 0/5 - 0 vote(s).
Syndication :

Précédent - Suivant - Retour à la liste des messages

Laisser un commentaire

Kikooboo.com (Carnet de voyage / blog gratuit et Assistant de voyage) recommande Get Firefox!
 Publicité : pub-wwfpub-greenpeacepub-amnesty