Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  
 Prénom  gaud-et-julien  Nom  chez les kangourous
 Age  30  Minimessages  Envoyer un message
 But du voyage  WH Visa  Durée du séjour  1 an ou plus
 Date de départ  04/04/2007   Note: 4,3/5 - 30 vote(s).
 Description : Passer l'annee de nos 30 ans a l'autre bout du monde...

[ Diaporama ]

[ Diaporama Flash ]

[ Vidéos ]

[ Suivre ce carnet ]

[ Derniers commentaires ]

[ Le trajet de gaud-et-julien ]

[ Mes liens favoris ]

 Localisation : Australie
 Date du message : 04/06/2007
Page précédente Page suivante Retour liste messages Imprimer
 Départ de Sydney pour Broken Hill

Incroyable mais vrai, nous n'avons pas râté notre train ce matin!

Nous étions les premiers surpris d'être installés dans un siège, comfortable et spacieux, à 6h tapantes du mat',et ce, pour les 13 prochaines heures! On doit être un peu fous...enfin, à ce moment précis, nous étions juste endormis mais heureux, les yeux bouffis de sommeil collés à la vitre d'un tortillard de 3 voitures fin près pour les 1 167 km à parcourir.

Après deux heures de route, nos visages endormis s'émerveillent devant le lever de soleil sur les Blue Moutain. Une chaîne de montagnes toute proche de Sydney (environ 200 km) et réputée pour la beauté de ses paysages, forêts, montagnes et gorges. Elles tirent leur nom « bleu » de la brume bleutée observable au lever et coucher du soleil et produite par de fines goutelettes huileuses provenant des eucalyptus qui composent les forêts. Bref, c'était un spectacle maginifique à voir et les quelques vues que nous avons eues depuis le train n'ont fait qu'accentuer davantage notre envie d'aller y séjourner.

Après les Blue Mountains, le paysage s'est peu à peu aplani. La forêt est devenue de moins en moins dense, se composant davantage d'arbres secs que de résineux. On aurait dit la savane africaine.

Au bout de quelques heures, une terre absolument plane et rouge s'étalait devant nos yeux. « Ca y est, on rentre dans l'Outback ». Les élevages de moutons ont succédé au élevage de vaches jusqu'à ce que l'on n'aperçoive plus aucun élevage du tout. C'est dans ce paysage que nous avons vu notre premier émeu, sauvage.

Et puis sur les coups de 17h, on avu le coucher de soleil sur cette terre qui, malgré les nuages de pluie menaçants, flamboie. Et puis, plus rien. C'est le noir. Le noir complet. Pitch black, comme ils disent ici. On n'y voit plus rien à 2 mètres de la fenêtre.

Le train Countrylink qui dessert la ligne Sydney-Broken Hill ne circule qu'une fois par semaine, le lundi à 6h20 (dans le sens Sydney-B.H). Il nous en a coûté 80 dollars chacun pour un aller simple.

Une autre compagnie ferrovière (Indian Pacific) propose également des trains pour ce trajet mais ses tarifs beaucoup plus élevés: 225 dollars par personne pour un aller simple. Comme ce train voyage de nuit, pour ce tarif, il ne s'agit que d'un siège et pas d'une couchette (qui coûte, elle, entre 375 et 565 dollars selon la gamme choisie).

Si on ne prend pas un de ces trains, tout devient plus compliqué. Un bus quotidien relie Sydney à la ville de Dubbo de là, il faut prendre un autre bus qui va jusqu'à Broken Hill. Bien sûr, il y a toujours la possibilité de prendre l'avion mais ça reste cher. Dans tous les cas donc, aller à Broken Hill, prend du temps et peut-être compliqué!

Mais ce n'est pas parce que c'est compliqué ou que ça demande des sacrifices d'y aller (« Si, se lever à 5h c'est un sacrifice! ») que nous avons choisi cette destination mais parce que cette région est sublime et riche en histoire.

Géographiquement, Broken Hill se trouve à 1200 km à l'Est de Sydney et 500 km au Nord d'Adelaïde. La ville est quasiment à l'intesection de 3 états: le New South Wales (Nouvelle Galles du Sud), le Victoria et l'Australie Méridionale.

Broken Hill est une ville minière très importante. Du moins, elle a été bien davantage par le passé. C'est l'un des endroits d'Australie où l'on extrayait presque tout: argent, or, opale, zinc, plomb.... Les plus importants gisements d'argent, de plomb et de zinc sont encore exploités dans la région même si c'est le zinc qui a, aujourd'hui, pris le dessus à Broken Hill, autrefois surnommée Silver City (la ville d'argent).

Découverte en 1841, cette région était à l'époque (comme toute l'Australie d'ailleurs) déjà habitée par le peuple aborigène appelé les Wiljakali, rapidement décimé par les maladies « importées » par les occidentaux ou par les occidentaux eux-même.

Le premier filon d'argent ne fut découvert qu'une 40aine d'années plus tard par Charles Rasp, un aristocrate allemand qui créa, dans la foulée, la Broken Hill Proprietary Compagny afin d'exploiter le filon.

La ville est également célèbre pour son histoire syndicale car c'est ici qu'est né le premier syndicat australien. Les mineurs, mourant par centaine et souffrant de diverses maladie (du saturnisme aux maladies pulmonaires), se sont regroupés afin d'améliorer leurs conditions de travail. Une grève de 18 mois (1919 à 1920) leur permirent d'obtenir la semaine de travail de 35 heures et la fin du forage à sec, responsable de la poussière qui provocait des maladies. Plus tard, ils obtiendrons que les enfants ne descendent plus dans les puits. En 1923, ce « grand syndicat uni » donna naissance au Barrier Industrial Council, un syndicat puissant.

Cette longue bataille des mineurs de Broken Hill leur a permis d'obtenir les meilleures conditions de travail du pays ainsi que les meilleurs salaires.

Broken Hill, ce n'est pas seulement les mines, c'est également l'art. Elle est, en effet, devenue un pôle artistique majeur de la région comme en témoignent les fresques ou les galeries d'art réparties un peu partout dans la ville. Toutes proportions gardées, bien-sûr.

Nous avons mis les pieds sur un quai balayé par un vent glacial à l'heure annoncée. Avec une petite différence locale toute fois: nous avions perdu une demi-heure à cause du décalage horaire.

Nous voilà sur le quai d'une gare située dans une région digne des décors de western. Bon, nous les devinions les décors car de nuit nous n'y voyions rien! Nous étions, de plus, frigorifiés. Ouais, on le sait bien, ça ne colle pas avec le western mais il faisait vraiment froid ! Il faut dire que nous venions d'endurer 13 h de train avec de l'air glacé sorti d'une climatisation réglée au maximum. Les voilà donc à Broken Hill les deux cow-boys franchouilles!

Dès notre arrivée, Leslie, notre logeuse, nous dit que, même pour eux, le temps est particulièrement froid et humide. « La température d'aujourd'hui est celle que nous avons normalement au milieu de l'hiver. Il fait vraiment froid pour la saison. » C'est bien notre veine! On vient pour être dans le désert et il y fait un froid de canard! Et en plus, il pleut! Mais on est quand même content pour eux car, ici aussi, ils souffrent de la sécheresse...

Après les présentations d'usage, nous nous installons dans une chambre à la décoration minimaliste, aux meubles simples et faits maison. Leslie a même eu la délicate attention de mettre le chauffage en route. C'est la première fois en 2 mois que nous en voyons un....

Notre auberge de jeunesse est vraiment très simple. De l'extérieur, les bâtiments ressemblent à des baraquements en tôles ondulées plastiques. La décoration est quasi innexistante mais Leslie (avec l'aide de ses copine Mariane et les autres) porte un soin particulier à accorder les couleurs des draps avec les couettes, les couvertures et les taies d'oreillers. Chaque chambre à son ensemble.

Lorsqu'elle a repris l'affaire, Leslie a décidé de supprimer les dortoirs et les lits superposés pour de ne faire que des chambres doubles ou twin. Les morceaux de bois restants des anciens lits superposés ont été réutilisés pour faire des tables ou des bancs. Et quelque part ça donne une atmosphère très agréable à l'ensemble. Comme nous dira Leslie plus tard « What you see is what you get » (« ce que tu vois, c'est ce que tu as ») et c'est vrai. Les lieux sont comme elles, entiers, un peu rustres mais généreux et acceuillants.

Comme nous arrivons en basse saison, l'auberge n'est pas complète (ce qui n'est jamais le cas aux beaux jours) et nous sommes les seuls touristes étrangers à y résider. Les autres locataires sont, pour la plupart, des mineurs australiens ou philippins. Ils vivent dans des une partie de l'auberge de jeunesse qui leur est réservée. Nous nous croisons dans les salles communes. Touristes et mineurs, sous le même toit.



Etapes :
Broken Hill
Note: 0/5 - 0 vote(s).
Syndication :

Précédent - Suivant - Retour à la liste des messages

Laisser un commentaire

Kikooboo.com (Carnet de voyage / blog gratuit et Assistant de voyage) recommande Get Firefox!
 Publicité : pub-wwfpub-greenpeacepub-amnesty